le comte Esterhazy

Le comte Esterhazy

 

le comte Esterhazy

Le comte Valentin Ladislas Esterhazy de Galantha de Fnakno est né le 20 octobre 1740 au Vigan (Languedoc-Roussillon). Il est issu d’une famille des plus anciennes et des plus glorieuses de Hongrie, émigrant en France dans la seconde moitié du XVIIème siècle.

 

Il est le petit-fils d’Antoine Esterhazy, qui dût s’exiler après s’être insurgé contre l’Autriche et fils du comte Valentin-Joseph Esterhazy, qui avait formé en 1733 un premier régiment de houzards portant le nom d’Esterhazy qui devait devenir par la suite Chamborant-Houzards, aujourd’hui 2e hussards. Lieutenant au régiment de Bercheny à l’âge de 12 ans, le comte Valentin Ladislas Esterhazy fut capitaine à 16 ans et Maistre de camps à 24.

 

Il fonda le régiment le 10 février 1764 à Phalsbourg, avec trois escadrons pris dans les hussards de Bercheny, de Chamborant et de Nassau. Il le commanda directement jusqu’en 1767. Il fréquente à compter de cette date davantage la cour de Versailles et effectue des missions d’ambassades auprès de celle d’Autriche et de Prusse. En septembre 1770, Esterhazy reçut la croix de chevalier de Saint-Louis et est nommé « brigadier de cavalerie ». En 1780 il obtient la charge de gouverneur de la ville de Rocroy. En 1787, il siège au conseil de la guerre tout en assumant le gouvernement militaire du Hainaut.

 

A la fois homme de cour et diplomate, le comte Ladislas Esterhazy mit son intelligence, ses qualités de cœur et son courage au service de la France, du roi et des hussards. C’est lui qui en 1770 fut chargé d’apporter le portrait du dauphin, futur roi louis XVI qui devait s’unir à l’archiduchesse d’Autriche : il se lia d’amitié avec cette dernière, devenant l’un de ses plus fidèles conseillers à Versailles. Lorsqu’en 1791, déjà captive aux Tuileries, la reine veut faire parvenir au comte de Fersen des paroles affectueuses et un objet qui parlera d’elle c’est encore au comte Esterhazy qu’elle recourra. Il écrit des mémoires en 1800, publiée en 1905 par Ernest Daudet.

 

Emigré à la révolution, il représente les émigrés auprès de la tsarine Catherine, puis reçoit du fils de cette dernière, Paul 1er, le château de Grodeck en Wolhynie (Pologne) ou il meurt le 23 juillet 1805.

 

Aujourd’hui le prince Anton Esterhazy de la branche Austro-hongroise des Esterhazy, entretient des liens très étroits avec le régiment, assistant aux bals et cérémonies prestigieuses avec ses hussards de traditions.